04/03/2005

Les seuils en course à pied

                                                 Les seuils :

 

 

Lorsque l’effort dure, il est très important de pouvoir maintenir une intensité la plus proche possible de la VO2 max sans accumuler de l’acide lactique.

Cette qualité définit l’endurance du coureur.

 

En fait tant que les muscles reçoivent et utilisent assez d’oxygène, la concentration d’acide lactique reste au niveau de sa valeur de repos soit 1 mM/L.L’exercice est uniquement aérobie et les besoins énergétiques sont couvert par le métabolisme des graisses.

 

Quand l’intensité d’exercice atteint un certain niveau, la production d’acide lactique devient plus importante que son élimination. Le coureur doit ventiler plus pour éliminer cet excès d’acide lactique= seuil aérobie.

 

Si l’augmentation de charge se poursuit, une seconde cassure survient, car le coureur ne peut plus éliminer le trop plein d’acide lactique=seuil anaérobie.

Au-delà de ce seuil, l’effort est essentiellement anaérobie et doit être interrompu plus ou moins rapidement en raison de l’accumulation d’acide lactique.

Au-delà du seuil anaérobie, l’effort pratiqué correspond à la notion classique de résistance.

 

Les seuils sont exprimés en % de VO2 max ou en fréquence cardiaque. Ceci est important pour la programmation de l’entraînement .Pour les sports d’endurance tels que la course à pied le seuil aérobie est de 80% et le seuil anaérobie de 90 à 95% de la FC maximale.


19:34 Écrit par thierry lessire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.